La contestation sociale des gilets jaunes qui ont d’abord manifesté contre les taxes et pour une hausse du pouvoir d’achat s’est étendue depuis quelques semaines à une grande majorité de la population. Des classes moyennes/supérieures (qui partent quand même au ski chaque année) aux étudiants qui se sentent floués par le nouveau mécanisme de sélection, chacun trouvera dans ce mouvement un point de ralliement qui le tirera de sa torpeur… Bref ça ratisse large dans ce mouvement, j’ai même vu un type avec son gilet jaune rejoindre son énorme 4*4 à plus de 50 000 balles ??…  

Les défenseurs de l’environnement, réunis ce samedi 8 décembre pour une marche « pour le climat » ont manifesté pour alerter des dérives de notre système, préserver la biodiversité, favoriser le bio, le local, bref arrêter de détruire notre terre…

Jusque là tout était assez simple, d’un côté des gens qui veulent plus d’argent, de l’autre des gens qui veulent préserver la nature. ça se complique quand ces 2 entités se sont rejoints place de la république pour revendiquer un socle commun « le social et la nature » ! 

ça se complique, mais cela devient intéressant car on touche aux contradictions de l’humain et souvent à sa méconnaissance du système libéral et de l’écologie. En effet, un type qui a compris que la nature était notre seule richesse sait aussi que les industries, les technologies, les « progrès » s’accompagnent toujours (depuis la première révolution industrielle) d’une destruction de la nature et souvent d’une servitude de l’individu (à la machine, la bourgeoisie, le marché, la finance…). Certains manifestants en avaient bien conscience en brandissant leur pancarte « changeons le système, pas le climat ». Bref pour préserver notre environnement il n’y pas d’autre solution que de consommer moins, cultiver son jardin, construire en terre paille, arrêter de voyager en avion, limiter l’utilisation de la bagnole… changer de paradigme. Mais les gilets jaunes veulent plus d’argent pour consommer plus, participer plus activement encore à cette débauche consumériste facilitée par amazon et google, faire dégueuler le gazole du réservoir pour se rendre chez carrefour le samedi… tout ça en préservant la planète bien sûr !

Non, on ne peut pas se revendiquer à la fois écolo et gilet jaune ou alors l’amalgame est total, la schizophrénie atteint son paroxysme ! Que les multinationales, pour continuer l’accroissement de leurs richesses, aient fait du green-washing ou de la transition écologique un dogme érigée en valeur morale ou éthique se conçoit aisément dans la recherche de nouveaux marchés par des techniques marketings, mais que les citoyens aient le cerveau à ce point lessivé pour ânonner leur propagande est plus qu’effrayant.

« Des millions pour la transition énergétique » lisait on sur certaines banderoles portées par les manifestants. Il faut qu’ils m’expliquent en quoi « la transition écologique » promue par les industriels et politiques qu’ils financent est écologique. Voitures électriques, panneaux solaires, éoliennes, isolation en polystyrène ou polyuréthane, voilà ce qu’on nous chante et que les imbéciles reprennent en cœur. Des tonnes de lithium, plomb ou cuivre, des métaux rares qu’il faut extraire à l’autre bout de la planète par une main d’oeuvre esclave et transporter par cargot, avions, camions puis industrialiser à grande échelle pour maximiser les profits… Bilan énergétique exécrable. Pas besoin d’une formation d’ingénieur pour comprendre ça. Mais l’oligarchie en place pour garder son pouvoir et ses prérogatives continuera sa propagande libérale d’une transition énergétique, d’un développement continue et durable à la fois, toujours plus de technologies et de libéralisme qui sont pourtant la source des problèmes environnementaux et sociaux.

Ionesco aurait adoré ce théâtre de l’absurde ! Alors quelques propositions pour les écolos de gauche dont les idées se sont évaporées dans leur « sociale démocratie » qui n’a jamais été autant capitaliste : 1 Chaque terrain agricole sera transformé en terrain bio où la culture intensive cédera la place à la permaculture gérée de manière collective et manuelle par les citoyens à proximité qui retrouveront entre autres le goût des aliments sans produit chimique, des liens sociaux d’égalité et de partage, le fonctionnement de leur corps… Les arbres fruitiers seront également plantés au bord de toutes les routes pour que plus personne ne crève de faim. 2 : toute nouvelle construction sera vraiment écologique (bois, terre et paille). 3 : Les multinationales telles que Monsanto seront jugés pour crime contre l’humanité… Corollaires : La voiture deviendra une exception, le transport de marchandises et des hommes n’étant plus tellement nécessaire puisque l’on produira à nouveau prés de chez soit. L’industrie nucléaire disparaîtra, puisque les hommes auront retrouvé le sens commun et de vrais rapports humains, ils jetteront toutes leurs saloperies électriques (télé, iphone…) qui les détournent de l’essentiel. La grande distribution disparaîtra également en même temps qu’amazon puisque complétement inutiles dans un monde où chaque individu a retrouvé de l’autonomie et une place dans sa citée.